Epiphanie du Seigneur :  depuis Bethléem vers le  monde en voyage avec les Mages

"On coming to the house, they saw the child with his mother Mary, and they bowed down and worshiped him. Then they opened their treasures and presented him with gifts of gold, frankincense and myrrh"
"On coming to the house, they saw the child with his mother Mary, and they bowed down and worshiped him. Then they opened their treasures and presented him with gifts of gold, frankincense and myrrh"

L’Epiphanie est la fête chrétienne qui fait mémoire de la première manifestation publique du Seigneur, avec l'hommage que lui ont rendu les trois Rois mages dans la crèche de Bethléem. Après la venue au monde du Sauveur, célébrée le 25 décembre, la fête de l'Épiphanie prépare la fête du baptême du Christ, laquelle conclut le temps de Noël le dimanche 8 janvier. Le calendrier grégorien célèbre cette fête le 6 janvier, le même jour où le calendrier julien commémore la veille du Noël orthodoxe.

C'est précisément en raison de la coïncidence de ces deux fêtes que le Statu quo régit le culte et les célébrations des différentes Églises chrétiennes de manière à ce que tous les lieux saints de Bethléem soient accessibles à tous, sans heurts et sans chevauchements. La Custodie de Terre Sainte célèbre l'Epiphanie à partir du 5 janvier, avec l'entrée solennelle du Custode dans la ville de Bethléem d’abord, et dans la Grotte de la Nativité ensuite. Le matin du 6 janvier, c’est le Père Custode qui officie la célébration eucharistique solennelle dans la Basilique Sainte-Catherine adjacente.

Entrée solennelle à Bethléem et premières vêpres

La journée du 5 janvier a débuté dans la salle capitulaire du couvent Saint-Sauveur, où le Custode de Terre Sainte, le Frère Francesco Patton, a reçu et salué plusieurs délégations de la paroisse catholique de Jérusalem. Comme le veut la tradition, avant d'entrer à Bethléem, le Custode a fait halte au monastère orthodoxe de Mar Elias, où il s’est entretenu avec des représentants de la communauté paroissiale du village arabe voisin de Beit Jala. Arrivée enfin aux portes de la ville, la délégation custodiale a franchi le mur qui entoure Bethléem, pour entrer dans l’enceinte du Tombeau de Rachel. De là, la procession a continué vers le cœur de Bethléem, en longeant  la "Voie de l'Étoile" jusqu'à la Place de la Nativité, où elle a été accueillie par les frères de la fraternité locale. Escortée par plusieurs groupes de scouts et sous les accolades festives de nombreux fidèles, la procession, conduite par le Père Patton, a finalement atteint la Basilique et franchi la "porte de l'humilité". Les représentants des églises grecque et arménienne qui, avec les franciscains, gardent le lieu saint, y ont accueilli le Custode. Celui-ci, après avoir accompli dans la cour voisine de Saint-Jérôme les rituels prévus par le Statu quo, est entré dans l'église Sainte-Catherine au son du Te Deum, chanté par le chœur de la Basilique. Une fois installé, le Père Patton a d'abord salué les autorités et les associations paroissiales présentes, puis a remercié le curé de Sainte-Catherine, le frère Rami Asakirieh, et le gardien du couvent, le frère Henrique Segovia. "Avec les Rois mages  c’est toute l’humanité qui vient à Bethléem, et à travers les Rois Mages, le message de Bethléem atteint le monde entier. Merci pour l'accueil". La journée s'est poursuivie avec les premières vêpres, au cours desquelles la procession conduite par le Custode est descendue dans la grotte de la Nativité. L'office des lectures, présidé par le Gardien, le Frère Henrique, a conclu les célébrations. Au cours de la procession vers la grotte, le Frère Patton a élevé un reliquaire contenant un fragment du berceau de Jésus, donné à la Custodie de Terre Sainte par le Pape François en 2019 et provenant de la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome.

Messe solennelle et procession des Rois Mages

Le lendemain matin, le Père Custode a présidé la messe solennelle à l'église Sainte-Catherine. Étaient présents à la célébration les représentants diplomatiques des quatre pays historiquement amis de la Custodie de Terre Sainte : le Consul général d'Italie, M. Giuseppe Fedele ; le Consul général de Belgique, M. Wilfried Pfeffer ; le Consul général adjoint de France à Jérusalem, M. Quentin Lopinot, et la Consule générale adjointe d'Espagne à Jérusalem, Mme Paloma Serra.

Dans son homélie, le frère Patton s’est attardé sur les trois verbes qui expriment et résument le mieux le voyage des Rois Mages: chercher, adorer et donner.

" Les Mages sont des personnes qui cherchent ; ils sont animés par un grand désir qu’ils portent dans leur cœur : pouvoir rencontrer le Roi des Rois, le Seigneur. Les Mages sont l'image de toute l'humanité qui cherche l'enfant Jésus.

Lorsqu'ils arrivent à Bethléem [...] ils éprouvent une grande joie et la première chose qu'ils font est de se prosterner pour adorer l'enfant. Ce n'est que si nous Le mettons au centre de nos choix que nos choix porteront des fruits de bien". 

" Les Mages donnent alors ce qu'ils ont de plus précieux : de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Les Pères de l'Église ont toujours interprété ces cadeaux comme autant de signes par lesquels les Mages reconnaissent que cet enfant est Roi (l'or), est Dieu (l'encens) et est venu donner sa vie pour l'humanité (la myrrhe)".

Après la messe du matin, les célébrations se sont poursuivies l'après-midi avec les secondes vêpres chantées et la procession rituelle ad Cryptam Nativitatis (la grotte de la Nativité). Les célébrations ont pris fin avec les trois tours traditionnels autour de la cour de Saint-Jérôme, où les frères ont offert aux fidèles de l'encens et de la myrrhe, en mémoire des trois Rois Mages.

 

Filippo De Grazia