Faisant mémoire de la Passion à Gethsémani dans l’attente du Triduum pascal

Les célébrations du Mercredi saint à Jérusalem ont commencé tôt le matin par une messe solennelle au sanctuaire de l'Agonie à Gethsémani, au pied du Mont des Oliviers.

Les frères de la Custodie, venus en procession depuis le couvent Saint-Sauveur, se sont d'abord réunis pour la messe dans l'église des Nations, adjacente au jardin de Gethsémani, puis, toujours en procession, se sont rendus à la basilique du Saint-Sépulcre pour la traditionnelle vénération de la colonne du Christ.

La messe, célébrée par le vicaire custodial Dobromir Jasztal, a été introduite par la Vexilla Regis, hymne solennelle à la croix qui conduit l'assemblée à la méditation et à la réflexion sur le mystère de la Passion, en vue du Triduum pascal.  

La liturgie de la Parole s'est ouverte sur un passage du prophète Isaïe, lequel décrit par des images prémonitoires les souffrances du Christ : "J'ai livré mon dos aux bourreaux, et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe; je n'ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats." (Is 50,6). L'Évangile de la Passion selon Luc a ensuite été chanté. (Lc 22, 14-23, 56).

À Jérusalem, contrairement à ce qui se passe dans le reste du monde, le récit de la Passion est proclamépendant la Semaine sainte selon les quatre Évangiles canoniques. En dehors de l'Évangile du dimanche des Rameaux, qui change et alterne selon l'année liturgique de référence, et de l'Évangile de Jean du Vendredi saint, les deux autres Évangiles sont proclamés à Jérusalem respectivement le mardi et le mercredi de la Semaine sainte.

Pendant la proclamation de l'Évangile, au moment de décrire l'heure du combat décisif de Jésus, dont la sueur s'est transformée en "gouttes de sang tombant sur le sol", le prêtre a interrompu la lecture et, se baissant, a embrassé le Rocher de l'Agonie, situé devant l'autel.

Après la messe à Gethsémani, les frères se sont dirigés vers la vieille ville de Jérusalem pour rejoindre la basilique du Saint-Sépulcre où, dans la chapelle de l'Apparition, est conservée la colonne qui, pour les chrétiens, a été tachée du sang du Christ lors de sa flagellation. En effet, la tradition désigne le Mercredi saint comme le jour de la vénération de la colonneà laquelle Jésus a été attaché avant d'être condamné à mort. Les nouvelles de ce culte remontent au IVe siècle, lorsque la pèlerine Egérie rapporte la vénération de cette colonne, qui se trouvait alors au Cénacle. Ce n'est qu'au XIVe siècle qu'elle fut transférée au Saint-Sépulcre, où elle est encore conservée aujourd'hui.

Les frères, ainsi que l'assemblée, ont ensuite entonné l'hymne "Columna nobilis" avant de se mettre en rang un par un pour rendre hommage à la relique. 

 

Filippo De Grazia