La marche franciscaine se répète au cœur de la Galilée

La marche franciscaine qui s'est tenue du 27 juillet au 3 août en Galilée, et a vu la participation de centaines de jeunes chrétiens de Terre Sainte, en est à sa 31èmeédition. Un rendez-vous estival régulier qui n'a été annulé que trois fois en plus de trente ans, et uniquement à cause de la guerre et de la pandémie. Un appel pour tant de garçons et de filles de la région qui, sur les traces de saint François, sont partis à la découverte de la beauté de la vie chrétienne et de l'esprit franciscain.

L'édition de cette année était axée sur la redécouverte des relations et s'inspirait du thème : "Avec François, vers de meilleures relations". Pendant les huit jours de la marche, plusieurs activités ont été développées autour de ce thème afin d’interpeller les jeunes sur les questions les plus sensibles les concernant.

La marche a débuté le mercredi 27 juillet à Ramah, en Haute Galilée. Les jeunes ont ainsi mis de côté leurs téléphones portables et ont commencé à interagir les uns avec les autres, face à face, pour mieux se connaître. Le lendemain, avant l'aube, les marcheurs ont immédiatement repris la route en direction d'Eilabun. La marche silencieuse du matin a ouvert une journée d'activités de prière, d'écoute et de partage, mais aussi de loisirs et de sport. Les huit jours de la marche ont été marqués par une alternance de marche et d'activités, parmi lesquelles on peut citer les rencontres organisées par les frères et enrichies par le soutien qualifié d'une psychologue qui a abordé des thèmes liés aux relations et à la sexualité.

"Nous avons axé cette marche sur le thème des relations interpersonnelles, car il s’agit là d’un élément indispensable de notre vie", a déclaré le Frère Raphael Tayem, ofm, curé adjoint de Nazareth et coordinateur de cette édition de la marche franciscaine. "Dieu est une personne relationnelle et nous sommes faits à son image. Voilà pourquoi nous avons approfondi avec les jeunes l'importance de la relation avec le Créateur. En termes plus généraux, cette marche veut réaffirmer la centralité des relations dans nos vies, puisque nous sommes toujours connectés aux autres. Si nous y réfléchissons bien, chaque relation détermine la qualité de notre vie ; nos joies et nos peines découlent de nos relations. Dans chacune d’elles nous pouvons voir un champ de bataille ou une opportunité de croissance".

Les jeunes pèlerins se sont ensuite arrêtés à Nazareth et, enfin, au Mont Thabor où, le 2 août, jour de la fête de Sainte Marie des Anges et du Pardon d'Assise, ils ont passé une journée pénitentielle consacrée aux confessions. Ils y étaient attendus par le Custode de Terre Sainte, le Frère Francesco Patton, lequel a célébré la messe et a passé de bons moments avec eux, les écoutant et répondant à leurs questions.

"La marche franciscaine est l'une des nombreuses activités menées ici en Terre Sainte par les frères de la Custodie, avec la participation, en outre, des jeunes frères qui offrent ainsi leur témoignage aux autres jeunes, de ce que signifie consacrer sa vie au Seigneur, mais aussi de ce que signifie aimer sa propre Terre et son propre peuple", a déclaré le Père Custode lors de la rencontre du 2 août. "Évidemment, les activités de la pastorale des jeunes se poursuivent tout au long de l'année, auxquelles viennent s'ajouter les activités éducatives, les services didactiques dans nos écoles et les activités dans les paroisses. Il est important que les jeunes locaux apprennent à être ici, en Terre Sainte, des bâtisseurs de fraternité et de paix, comme nous le disent Jésus et le pape François.

C'est une joie de savoir que les jeunes de Terre Sainte participent volontiers à ces initiatives qui les aident à réfléchir sur le sens de la vie et à s’interroger, comme le faisait saint François dans sa jeunesse : "Seigneur, que veux-tu que je fasse ?". Dans le cadre de ces expériences, plusieurs types de vocation peuvent mûrir : une vocation à la vie consacrée,aussi bien pour les hommes que pour les femmes, une vocation au sacerdoce, ou même une vocation à construire une famille chrétienne par le mariage. Il est très important que ce type de cheminement ne se limite pas à faire ressentir des émotions à ces jeunes pendant quelques jours, mais qu'il s'agisse d'un parcours de discernement qui puisse les amener à faire des choix par amour de Jésus-Christ, selon l'Évangile, et accompagnés par la Vierge Marie".

Pendant la marche, les jeunes ont été accompagnés par plusieurs frères de la Custodie, outre le Frère Raphaël, dont le frère George Haddad, le frère Roshrosh Diab et le frère Mario Maria Hadchiti.

Le 3 août, la marche s'est conclue au Mont Thabor en présence du Patriarche de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, qui a salué les jeunes et célébré la Sainte Messe dans la Basilique de la Transfiguration.

 

Filippo De Grazia