Un foyer pour les personnes âgées de Larnaca

Dans leur travail quotidien d'accompagnement et de soutien des "pierres vivantes" de Terre Sainte, les frères franciscains de la Custodie s'efforcent de ne négliger personne, encore moins les plus fragiles. Ainsi, depuis plus de cinquante ans, ils s'occupent des personnes âgées de Larnaca, à Chypre. En effet, juste à côté de la paroisse latine de Larnaca se trouve la Terra Santa Rest Home, une maison de retraite pour personnes âgées, gérée par la congrégation des Missionnaires franciscaines du Sacré-Cœur. La responsable de l’établissement, Sœur Germana Tomat - originaire de la province d'Udine en Italie - chérit les histoires d'une vie consacrée aux autres : "Au début, nous n'acceptions que les personnes autonomes, mais actuellement nous accueillons de nombreuses personnes âgées souffrant de maladies chroniques irréversibles. Ces personnes représentent précisément les "déchets" dont parle le Pape François. Il s'agit de personnes âgées dont personne ne veut ou que la famille ne peut réellement pas prendre en charge, car une spécialisation médicale est nécessaire pour s'en occuper. Quant à nous, nous savons qu'au-delà de toutes les difficultés, il y a le Christ qui a souffert plus que quiconque. Il veut que nous nous consacrions à ces personnes".  

La Terra Santa Rest Home de Larnaca se trouve dans un bâtiment situé à côté de la paroisse, qui est devenu dans les années 1970 un foyer pour personnes âgées. Depuis le début, Sœur Germana a servi dans ce foyer, forte d'une double vocation à laquelle elle a été appelée dès son enfance : "À douze ans, j'ai été admise à l'hôpital et je me souviens encore du sentiment que j'ai éprouvé lorsqu'une femme dans le lit d'à côté a demandé de l'eau et qu'une infirmière est venue la lui apporter. J'ai été très impressionnée par cette scène et, avec le temps, j'ai pris conscience de ma vocation : je voulais devenir infirmière. Plus tard, à l'âge de 22 ans, j’ai entendu l'appel absolu à suivre Dieu, à me donner complètement, pour le servir et servir les autres. 

C’est ainsi que Sœur Germana s'est retrouvée, en période de guerre, à vivre à la Terra Santa Rest Home, en tant que femme consacrée et infirmière : c'était en 1974, juste avant l'occupation turque de Chypre. "J’étais en service ici à Larnaca avec trois autres sœurs lorsque la Mère Provinciale nous a appelées pour nous dire qu'en raison de la situation politique, en tant qu'étrangères nous pouvions quitter la maison et nous réfugier ailleurs. Mais nous ne pouvions pas abandonner ces personnes âgées et nous sommes donc restées. À l'époque, j'étais une toute jeune religieuse infirmière et ce fut une expérience tragique pour moi, mais une expérience qui m'a ouverte à autrui. Nous avons accueilli ici de nombreuses personnes déplacées qui fuyaient leurs maisons". 

Ce qui émeut encore Sœur Germana, c'est le souvenir de la confiance des personnes qui ont frappé à la porte de la maison de la Custodie de Terre Sainte, en quête d'aide. "Des centaines de personnes sont venues ici et nous les avons accueillies. Lorsque nous manquions de pain, nous recevions des paniers de pain en cadeau : c'était la Providence". Aujourd’hui comme alors, avec l'aide de Dieu, l'établissement parvient à aller de l’avant, accueillant jusqu'à trente-huit personnes âgées, lesquelles sont prises en charge par six sœurs, assistées d'infirmières et de médecins. "Parmi les résidents, il y a des chrétiens grecs orthodoxes, des Arméniens, des anglicans, des juifs et nous avons également eu des résidents musulmans par le passé. "Si nous leur demandons quelle est leur religion c’est uniquement pour savoir à quel prêtre ils souhaitent s'adresser au moment du dernier adieu", explique Sœur Germana. Malgré la baisse du nombre de résidents pendant la pandémie, la plupart des personnes arrivent ici en phase terminale, l’établissement reste en activité grâce aux frais payés par les résidents, au service offert par les Sœurs Missionnaires du Sacré-Cœur et au soutien de la Custodie de Terre Sainte

 

Beatrice Guarrera