Une foule de pèlerins fête le Baptême du Seigneur sur les rives du Jourdain

Fr. Mario Maria Hadchiti, on the banks of the Jordan River, at the site of Qasr Al-Yahud
Fr. Mario Maria Hadchiti, on the banks of the Jordan River, at the site of Qasr Al-Yahud

Cette année, la fête du Baptême du Seigneur, célébrée le dimanche 8 janvier, a été particulièrement joyeuse, car elle a été suivie par une foule de pèlerins en liesse rassemblés le long de la rive occidentale du Jourdain, près du site connu sous le nom de "Qasr al-Yahud", là où, selon la tradition, a eu lieu le baptême de Jésus. Un jour de grâce où Dieu lui-même, par sa voix et la descente de l'Esprit Saint, a manifesté que le Seigneur est son Fils bien-aimé.

Les célébrations ont commencé tôt le matin au couvent franciscain du Bon Pasteur à Jéricho, où les autorités civiles et religieuses locales - dont le gouverneur de la ville et le cheikh Har, Imam de la mosquée de Jéricho - ont accueilli le Custode de Terre Sainte, le Frère Francesco Patton, le vicaire custodial, le Frère Ibrahim Faltas et l'économe de la Custodie, le Frère Tony Choucry. Au moment des salutations étaient également présents le Consul général d'Italie, M. Giuseppe Fedele, le Consul général de Belgique, M. Wilfried Pfeffer, et les Consuls généraux adjoints d'Espagne, Mme Paloma Serra, et de France, M. Quentin Lopinot. A cette occasion, le Custode a également reçu les hommages du colonel des Carabiniers Giuliano Polito, commandant de la Miadit en service à Jéricho, et d’une délégation de Carabiniers.

En qualité d’amphitryon, le curé de la paroisse, le Frère Mario Maria Hadchiti , a chaleureusement accueilli l’importante délégation, lisant le passage de l'Évangile qui relate le baptême de Jésus. Il a également tenu à souligner la nécessité d'une coexistence pacifique dans cette région, où les chrétiens sont nettement minoritaires. Quant au Custode, il a réitéré l'importance que revêt la présence franciscaine à Jéricho, notamment par le biais  de l'école de Terre Sainte : "Nous sommes heureux du travail éducatif que nous pouvons réaliser ici grâce à l'école de Terre Sainte", a déclaré le Custode, "car l'école est la plus importante des œuvres sociales si l’on souhaite  garantir et diffuser l'éducation aux jeunes générations. Elle représente notre présent et notre avenir, pour construire ensemble un chemin de paix".

Les Frères se sont ensuite rendus en procession sur les rives du Jourdain pour la célébration de la Sainte Messe dans le sanctuaire dédié au baptême de Jésus, où ils ont été accueillis par le Frère Salem Younis, responsable du site, lequel n'est redevenu accessible pour les célébrations qu'il y a deux ans. En effet, la partie du terrain où se trouvent le sanctuaire et l'église dédiée à Saint-Jean-Baptiste a été déclarée impropre à l'utilisation pendant plus d'un demi-siècle en raison des mines disséminées dans le sol après le début de la guerre entre Israël et la Jordanie. Ce n'est qu'en mars 2018 que l’association Halo Trust a commencé les travaux de déminage dans cette zone, laquelle ne sera à nouveau totalement accessible qu’en octobre 2020 : un événement important pour la Custodie franciscaine, dont la présence ici est attestée depuis le milieu du XVIIème siècle.

Dans son homélie, le Custode de Terre Sainte a invité les fidèles à relire leur propre baptême à la lumière du baptême de Jésus : " En quoi la justice de Dieu s'accomplit-elle aussi en nous et pour nous par notre baptême ? La justice de Dieu s'accomplit pour nous dans notre baptême précisément parce que, avec le baptême, Dieu nous accorde sa miséricorde et son pardon, à travers son Fils Jésus et le don de son propre Esprit. Mais nous aussi, tout comme le Baptiste et comme Jésus, nous devons coopérer activement au salut que Dieu nous donne, en apprenant à vouloir de toutes nos forces ce que Dieu veut pour nous".

Mais les paroles du Frère Patton contiennent également une invitation à lire la voix de Dieu d'une manière intime et personnelle, parce que ce que Dieu dit à Jésus ("Tu es mon Fils  bien-aimé : en toi je trouve ma joie") "pourrait, en d'autres termes, s’interpréter ainsi : "Tu es mon fils, je t'aime d'une manière personnelle, je suis heureux de t'avoir donné la vie et que ta vie ait un sens ; tout le bien dont je suis capable t'accompagne et t'accompagnera tout au long de ta vie"".

Le pèlerinage s'est ensuite dirigé vers le Monastère grec orthodoxe de la Quarantaine, dans les environs de Jéricho, sur la montagne où, selon une tradition séculaire, Jésus a été soumis aux tentations. Sur le Mont du Jebel Qarantal (" quarante"  indiquant les  jours que Jésus a passés dans le désert), les évangiles synoptiques situent un moment particulier de la vie de Jésus, lorsque, immédiatement après son baptême, il s'est retiré pendant quarante jours et quarante nuits pour jeûner dans le désert. La lecture du passage de l'Évangile rappelant cet épisode (Mt 4, 1-11) a clôturé la journée de prière devant l'ancien monastère, longtemps abandonné mais reconstruit au XIXème siècle par le Patriarcat grec orthodoxe.

Silvia Giuliano